Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
Campagne pour le Zimbabwe Campagne au Kenya Autres campagnes
Nouvelles et ressources

Mise à jour sur le Zimbabwe

Toujours impossible d’en arriver à une résolution pacifique de la crise qui sévit au Zimbabwe. Le Mouvement démocratique pour le changement (MDC), le parti de l’opposition, s’est retiré du deuxième scrutin présidentiel prévu le 27 juin 2008 pour des raisons de violence continue contre ses membres. Le refus, tant au niveau régional qu’international, de reconnaître ce simulacre d’élection n’a pas empêché Mugabe d’accaparer la présidence. Les espoirs tant attendus pour la paix au Zimbabwe ont de nouveau été dissipés.

 

De façon alarmante, les étagères des épiceries demeurent vides. L’inflation monte encore en flèche et la population ne peut se permettre une alimentation appropriée même si ces aliments étaient disponibles. La famine menace beaucoup de Zimbabwéens.

 

Les négociations au sujet du partage du pouvoir n’ont fait qu’accroître l’incertitude. Alors que les pourparlers au sujet des pouvoirs exécutifs sont dans une impasse, Mugabe a pris la décision unilatérale de nommer trois députés qui ne représentent aucun comté et huit gouverneurs. Entre temps, le MDC a pris possession du puissant poste de «président de la Chambre» alors que le parlement a repris ses activités. Ces actions pourraient durcir les positions des deux côtés lorsque les négociations reprendront.

 

Notre partenaire local, la Housing People of Zimbabwe, répond à la crise humanitaire parmi les membres de coopératives d’habitation. Mais elle est également devenue une victime du non respect des lois au Zimbabwe. Tous ses ordinateurs ont été volés et un raid a apparemment été effectué par la firme de sécurité corrompue embauchée pour protéger ses locaux. On n’attend aucune aide de la police et le gouvernement continue de nuire à l’aide offerte par les nombreux groupes de la société civile.  

 

Abri international condamne depuis longtemps la corruption et la débâcle subséquente de l’économie du Zimbabwe. Nous continuons d’être profondément inquiets au sujet des quelque 700 000 victimes et plus des expulsions menées par le gouvernement. La plupart sont encore sans abri et beaucoup ont été victimisées de nouveau à la suite de la récente violence électorale.

 

Tout comme vous, nous attendons anxieusement le résultat des négociations. Nous avons hâte de voir des changements positifs et de reconstruire la vie des gens et le mouvement de l’habitation coopérative. Il est essentiel que les gouvernements occidentaux qui ont fermement critiqué le régime Mugabe aillent de l’avant pour appuyer la reconstruction lorsqu’une entente pacifique sera obtenue. Abri international vous tiendra informés et nous continuerons d’espérer que les Zimbabwéens recevront l’aide dont ils ont besoin