Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
Campagne pour le Zimbabwe Campagne au Kenya Autres campagnes
Nouvelles et ressources

Des solutions abordables pour bâtir des communautés saines en Tanzanie


Nouvelles et ressources

Marc Mainville, conseiller technique d'Abri international

 

Quand on grandit au Canada, il y a tellement de choses que l'on tient pour acquises, comme un logement convenable, l'eau courante et une toilette avec une chasse d'eau. Je vis en Tanzanie depuis plus d'un an et ma perception du monde a changé.

 

À Dar es-Salaam, la capitale de la Tanzanie, l'urbanisation a entraîné une forte progression des bidonvilles et des quartiers à faible revenu. D'après les Nations Unies, la population urbaine du pays est passée de 23,7 p. cent en 2003 à 29,6 p. cent en 2012, et elle continue de croître. Le WAT Human Settlements Trust (WAT HST), partenaire d'Abri international, aide les ménages à faible revenu de la ville à trouver un logement  sûr et abordable. Grâce à l'aide du WAT, les familles peuvent posséder des terrains et construire des logements abordables dans des quartiers sûrs.   

 

À elle seule, une maison ne permet pas aux familles à faible revenu de Tanzanie de relever les nombreux défis auxquels elles sont confrontées. En 2012, seulement 24 p. cent de la population urbaine de Tanzanie avait accès à des installations sanitaires améliorées (ONU). La demande exercée sur les sources d'eau potable limitées et les installations sanitaires se fait de plus en plus grande. L'élimination inadéquate des déchets humains peut également contaminer les sources d'eau publiques, rendant les collectivités vulnérables aux maladies. 

 

Tout le monde aimerait améliorer leurs possibilités sanitaires, mais la plupart des familles ne peuvent se permettre une fosse septique et des puits d'infiltration, qui peuvent coûter entre 2 400 $ et 3 000 $. Pour remédier à ce problème, les techniciens du WAT-HST ont mis sur pied un projet pilote dans la municipalité de Kinondoni à Dar es-Salaam en utilisant des systèmes septiques communs économiques dotés d'un seul réservoir. Ces systèmes permettent de réduire le coût d'installations sanitaires sûres pour chaque ménage à 600 $, soit un quart du fardeau financier initial. L'approche des systèmes septiques communs permettra également de libérer plus de terrains qui pourront ensuite être utilisés pour cultiver des aliments.

 

La construction associée à ce projet pilote a commencé en juillet 2014 grâce à une aide d'Abri international pour un groupe de 10 ménages. La plupart de ces ménages sont dirigés par des femmes qui gèrent des entreprises informelles, comme vendeurs d'aliments, cuisinières ou petites boutiques qui vendent des téléphones cellulaires. Le WAT-HST surveillera les progrès de ce projet pilote novateur en vue de le déployer à plus grande échelle, afin d'aider un plus grand nombre de familles à bénéficier de cette méthode sûre et efficiente de bâtir des communautés saines.