Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
Campagne pour le Zimbabwe Campagne au Kenya Autres campagnes
Nouvelles et ressources

La coopérative d'habitation Nguma Mbega – Bâtir une nouvelle communauté


Nouvelles et ressources

En novembre 2011, peu de temps après que les employés municipaux de Nairobi eurent affiché les avis d'expulsion, les 25 membres de la coopérative d'habitation Nguma Mbega ont assisté impuissants à la destruction de leurs petits logements dans le bidonville Mitumba. À la suite de la démolition soudaine de cet établissement, ces femmes et les quelque 5 300 autres résidents du bidonville Mitumba sont devenus des sans-abri.

 

Les membres de la coopérative Nguma Mbega déposaient leurs économies à la National Cooperative Housing Union (NACHU), le principal partenaire kényan d'Abri international. La NACHU aide les groupes à faible revenu à obtenir des fonds pour acquérir des terrains et construire des logements dans des quartiers sûrs. Les membres de la coopérative avaient récemment acheté un terrain de trois acres en périphérie de Nairobi en utilisant leurs propres fonds. Mais au moment où les démolitions ont eu lieu, ils n'avaient pas économisé suffisamment d'argent pour bâtir des logements sur leur terrain.

 

La NACHU est intervenue rapidement pour élaborer des plans et bâtir des abris temporaires sur le nouveau terrain pour les membres du groupe Nguma Mbega et leur famille. Quelques semaines après cette éprouvante expulsion, la NACHU a envoyé des autobus au bidonville de Mitumba pour amener les familles dans leurs nouveaux logements. La joie s'est installée dans la petite collectivité lorsqu'ils sont arrivés sur leur terrain, qui était maintenant légalement à eux, et où ils ne seraient plus exposés à des expulsions soudaines et forcées. Les abris temporaires permettaient aux membres du groupe de vivre en sécurité pendant qu'ils continuaient de travailler pour rembourser leurs prêts pour l'achat des terrains et les travaux de construction.   

 

Aujourd'hui, deux ans plus tard, la communauté prospère sur le terrain où ses membres vivent et exercent leurs activités agricoles. Grâce aux prêts et à l'appui de la NACHU, les 20 logements temporaires ont été remplacés par des structures en béton permanentes, chacune dotée d'une toilette. Ils ont également bâti des routes d'accès, un réseau de drainage, des fosses septiques, des conduites d'eau et un puits. Le groupe rembourse petit à petit ses emprunts et ses membres peuvent maintenant vivre fièrement  et prospérer sans crainte d'être expulsés.