Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
L'égalité entre les sexes
Nouvelles et ressources

Changer le cœur des collectivités à Johannesburg


Nouvelles et ressources
Amy Juschka, ancienne stagiaire d’Abri international
 
C’est un vendredi après-midi ensoleillé et les rues de Hillbrow, un quartier densément peuplé au centre-ville de Johannesburg, en Afrique du Sud, sont très animées. Les enfants reviennent de l’école, un groupe de garçons joue soccer sur le terrain communautaire et trois filles pratiquent la boxe dans le très fameux ancien ring de Hillbrow.
 
Difficile à croire que ce quartier effervescent a été largement décrit comme un des bidonvilles les plus dangereux d’Afrique du Sud. Grâce à diverses initiatives de revitalisation réalisées par la collectivité, Hillbrow est en voie d’être transformée en une communauté dynamique et saine.
 
Mon stage avec le partenaire d’Abri international, la Madulammoho Housing Association (MHA), m’a permis de participer à une de ces initiatives, le projet eKhaya Neighbourhood Improvement District (eKhaya signifie «chez soi» en isiZulu.) La MHA est un intervenant clé à Ekhaya, qui a été lancé par un autre partenaire d’Abri international, la Johannesburg Housing Company. Le projet regroupe des entreprises locales, des propriétaires immobiliers, des locateurs privés et des organismes de logement social. Les propriétaires immobiliers travaillent étroitement ensemble et avec une firme de sécurité locale pour reprendre le contrôle des rues et des bâtiments occupés par les gangs et promouvoir le développement soutenu du quartier en faisant participer les résidents.  
 
Regroupant 17 membres et couvrant 15 pâtés de maisons, eKhaya organise des activités sportives, reprend possession des parcs et des espaces verts et a instauré des patrouilles de sécurité et des services de nettoyage dans le quartier. Les locataires de la MHA ont reçu un généreux héritage de la Coupe du monde : un terrain de soccer pour jouer à cinq contre cinq donné par l’équipe finaliste de 2010 des Pays-Bas (cliquez ici pour voir le terrain en action). Le terrain accueillera également le programme d’aptitudes de vie qui jumelle d’anciens joueurs de football professionnels avec des jeunes de la collectivité.
 
«Il y a cinq ans, quand nous marchions dans ce quartier, les allées étaient complètement couvertes de déchets», se rappelle Josie Adler, l’organisatrice dévouée d’eKhaya, lors d’une réunion d’eKhaya. «Les enfants n’avaient pas d’endroit où jouer. Les gens ne s’entraidaient pas. Mais aujourd’hui les allées sont propres et Hillbrow est un endroit où les gens veulent vivre.»
 
«Madulammoho a réalisé des percées majeures à Hillbrow en créant des logements et en offrant des services sociaux», déclare son chef de la direction, Renier Erasmuso. «Le terrain de soccer fait partie d’un plan plus vaste en vue de transformer ce quartier en une communauté.» La MHA offre des logements propres, sécuritaires et abordables, et son partenaire, la MES, offre des services sociaux. La MHA et la MES ont également bénéficié d’un partenariat avec la WoodGreen Community Services de Toronto avec l’aide d’Abri international.  
 
Hillbrow est en voie de connaître une revitalisation communautaire à la base, un exercice qui rend hommage aux notions africaines traditionnelles de la communauté et de la collectivité. «Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons faire de cet endroit un meilleur endroit où vivre», conclut Mme Adler.