Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
Campagne pour le Zimbabwe Campagne au Kenya Autres campagnes
Nouvelles et ressources

L’alimentation urbaine


Nouvelles et ressources
Abri International
Francis Wachira vit dans un petit logement délabré appartenant à la Ville de Nairobi. Il utilise les terrains entre les pâtés de maisons pour pratiquer l’agriculture organique intensive, le compostage et l’élevage de bétail. Il est devenu le «Monsieur Lapin» de Nairobi. M. Wachira élève environ 500 lapins, qu’il vend pour la reproduction, l’alimentation et la fourrure. Il forme également d’autres agriculteurs urbains pour leur montrer comment élever des lapins. Malheureusement, l’accès aux terrains est à la discrétion du gouvernement local et la ville n’est pas très favorable aux agriculteurs urbains. M. Wachira est devenu un militant pour l’adoption de politiques municipales qui permettront aux agriculteurs de cultiver des aliments dans des cadres urbains à haute densité. Il est membre d’un réseau d’agriculteurs urbains appuyé par le partenaire local d’Abri international, le Mazingira Institute.
Abri international reconnaît le rôle important que joue l’agriculture urbaine pour bâtir des collectivités durables pour les familles africaines urbaines à faible revenu. Environ 30 p. cent des résidents de Nairobi produisent des aliments. L’agriculture urbaine permet d’améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire, de créer des emplois et d’augmenter les revenus. Il faut toutefois tenir compte de certaines questions liées à l’aménagement et au développement urbains. Celles-ci comprennent des solutions aux préoccupations de santé concernant l’élevage d’animaux dans des zones denses et un plus grand accès à des terrains appropriés et à l’eau.  
 
Afin de mieux comprendre et relever ces défis, Abri international met en œuvre un programme pilote d’un an axé sur la sécurité alimentaire urbaine. Ce programme est fondé sur un partenariat entre trois villes, soient : Cape Town, Toronto et Nairobi. Il a commencé avec une visite d’échange très réussie à Toronto en juin 2010. Le deuxième échange, organisé par le Mazingira Institute et le Nairobi and Environs Food Security Agriculture et le Livestock Forum à Nairobi, a eu lieu en novembre 2010.
Barbara Emanuel, gestionnaire, Stratégie alimentaire, pour Toronto Public Health, a participé à l’échange. «C’était frappant comme nos défis étaient similaires. L’échange nous a permis à tous de réfléchir de façon critique aux façons de promouvoir les liens entre les élus urbains, les décideurs et les collectivités dans le processus de planification urbaine», a-t-elle déclaré.
Un des points saillants de l’échange a été la rencontre des membres du Mizuka Youth Reform Garden en périphérie du tristement célèbre bidonville de Kibera, à Nairobi. Il s’agit d’un groupe de jeunes hommes, qui se sont déjà adonnés à des activités de rue illégales, qui travaillent sur une longue bande de terrain étroite longeant la route. Ils utilisent chaque mètre carré, faisant du jardinage dans des sacs, élevant des poulets et des lapins, offrant une douche commune et vendant de l’eau.
Stanley Visser, responsable de l’agriculture urbaine à la Ville de Cape Town, a indiqué que l’échange a permis d’obtenir une «connaissance globale de la sécurité alimentaire», tout en mettant l’accent sur les «liens avec les jeunes». Il sera l’hôte de l’échange final à Cape Town en mai 2011.
Pour de plus amples renseignements, veuillez cliquer ici pour visiter la nouvelle page de la sécurité alimentaire urbaine