Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
Campagne pour le Zimbabwe Campagne au Kenya Autres campagnes
Nouvelles et ressources

Solutions fondées sur le logement pour lutter contre le VIH et le sida


Nouvelles et ressources
 
Que signifient concrètement les solutions fondées sur le logement pour lutter contre le VIH et le sida pour les organismes partenaires d’Abri international en Afrique? Au Kenya, cela consiste à former des dirigeants de coopératives d’habitation et des jeunes à titre d’éducateurs de pairs pour réduire le stigmate et mettre en place des programmes communautaires pour le logement, l’alimentation et les soins. Au Zimbabwe, cela signifie aider les femmes touchées à aménager des potagers urbains et à transformer certains produits pour les vendre. En Ouganda, on regroupe des organismes de services liés au sida et des organismes de logement pour offrir les soins et les services dont on a désespérément besoin dans les bidonvilles. En Tanzanie, cela consiste à promouvoir le droit des femmes à hériter des logements et des terrains.    
 
Au Cameroun, la CONGEH a mis sur pied des petits centres communautaires locaux qui favorisent le dialogue sur l’égalité des sexes, le VIH et l’habitat. Sarah Pelletier De Rico et Chantal Cardinal, deux stagiaires d’Abri international auprès de la CONGEH, ont organisé récemment un dîner canadien avec dix jeunes à Tropifco, un espace social pour les jeunes. «Autour d’un repas typiquement canadien, nous avons tous discuté des différences entre les perceptions canadiennes et camerounaises à l’endroit du VIH/sida. Nous avons écouté des personnes séropositives parler de leur expérience de vie avec la maladie, le stigmate et la discrimination auxquels elles sont confrontées et des façons de les aider. Nous avons constaté que l’expérience de vie avec la maladie au Cameroun ou au Canada comporte certaines similitudes», souligne Sarah. «Nous avons projeté un film canadien sur des méthodes de prévention axées sur l’utilisation du condom, qui a suscité un débat sur l’abstinence, la méthode de prévention préférée au Cameroun comme dans beaucoup de pays africains. Même si l’abstinence est la méthode la plus sécuritaire pour éviter les infections ou les maladies transmises sexuellement, la réalité est que les jeunes adopteront quand même des comportements sexuels à risque. Il est important d’accroître la sensibilisation afin que les groupes, en particulier les jeunes, fassent des choix éclairés», a pour sa part expliqué Chantal.   
 
La Journée mondiale du sida (le 1er décembre) vise à accroître la sensibilisation et à lutter contre les préjugés. Elle rappelle à la population que le VIH n’a pas disparu et qu’il reste encore beaucoup à faire. C’est très difficile quand vous vivez dans un bidonville où il y a peu d’eau, de mauvaises conditions hygiéniques et que vous économisez pour construire une meilleure maison – votre maison de rêve.  
 
À Abri international, nous croyons fermement que le logement contribue à une meilleure santé et que l’amélioration des conditions de logement aide les familles et les collectivités à mieux «répondre» à la crise du sida. «Répondre» signifie : améliorer la compréhension, confronter les différences d’opinion et provoquer la réflexion et l’action, tout en adaptant les discussions aux réalités et aux croyances locales, afin d’obtenir de meilleurs résultats. Et prendre des mesures concrètes pour contribuer à l’objectif global d’améliorer la vie d’environ un milliard de résidents de bidonvilles.