Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
L'égalité entre les sexes
Nouvelles et ressources

Du Cap à Toronto – Pour renforcer le logement social


Nouvelles et ressources

 

Barry Pinsky, directeur général
 
Les gens se demandent parfois pourquoi Abri international appuie les échanges internationaux. Les circonstances entre les pays ne sont-elles pas trop différentes pour que les échanges soient profitables? Dépensons-nous trop d’argent pour des voyages qui ne rapportent rien. Récemment, j’ai pu confirmer notre croyance que les échanges bien organisés par des gens engagés font vraiment une différence.
 
Au mois de mars, j’ai passé plusieurs jours au Cap avec Communicare – le plus ancien organisme de logement social d’Afrique du Sud – qui célèbre son 80e anniversaire! À ce moment, deux cadres supérieurs de la Toronto Community Housing Corporation (TCHC), Steve Floros et Alina Chatterjee, travaillaient jour et nuit pour aider les employés de Communicare à terminer un plan de développement communautaire et de participation des locataires. Leur visite s’inscrivait dans un échange de formation entre les deux fournisseurs de logements sociaux qui avait commencé en 2007.
 
Pour aider à mettre en œuvre le plan, deux gestionnaires de Communicare, Wasima Fisher et Luvuyo Msizi, ont passé deux semaines avec TCHC à Toronto en septembre. De nombreuses personnes associées à TCHC ont aidé avec les visites d’ensembles d’habitation et ont assumé un rôle de jumelage au travail et présenté un survol des politiques et des pratiques en matière de gestion de logements. J’ai participé à la séance de compte rendu à la fin de la visite.  
 
Luvuyo a été «impressionné par l’engagement des employés de TCHC à chaque étape de son approche de développement communautaire. Tout le monde a accès à la même information», a-t-il indiqué. Il a également constaté que le «risque est une bonne chose» et il adoptera cette attitude de retour dans son pays pour mettre en place de nouvelles méthodes d’entretien. «Nous pouvons réduire nos coûts en augmentant le nombre d’entrepreneurs auxquels nous faisons appel et, en même temps, nous pouvons insister pour qu’ils embauchent des locataires qualifiés de Communicare qui sont sans emploi.»
 
Wasima nous a rappelé que «Communicare fait face à de nombreux défis puisque l’organisme délaisse les logements pour aînés au profit des ensembles d’habitation davantage intégrés en fonction de l’âge et de la race. Les expériences de TCHC pour faire participer les locataires à la prise de décision et au financement des ensembles de logements sociaux dirigés par les résidents nous aideront à faciliter la transition.»
 
Steve et Alina ont promis un soutien continu par téléphone ou par courriel, ou par le biais d’autres échanges. Steve a été très encourageant : «Nous avons déjà constaté beaucoup de changements dans les perspectives stratégiques de Communicare, la confiance du personnel et les procédures quotidiennes». Alina a également souligné que «les deux visites d’échange ont renforcé l’engagement de la Toronto Community Housing à améliorer les services en éclaircissant la relation entre les services de soutien centraux et nos unités fonctionnelles décentralisées.»
 
J’ai été impressionné par le degré de compréhension, le respect mutuel et la confiance entre les deux organismes. Ainsi, Communicare met en place des pratiques de pointe et le TCHC, un véritable organisme de formation, réexamine certaines de ses pratiques à la lumière de son expérience en Afrique du Sud.
 
Nous sommes reconnaissants à TCHC pour son engagement envers nos partenaires en Afrique du Sud et à l’Agence canadienne de développement international, qui nous aide en facilitant ces échanges.