Ce que nous faisons Contexte et réalisations Notre histoire en photos Conseil et employés Le rapport biannuel Partenaires canadiens Éthique et confidentialité
Afrique Activités africaines régionales Asie Europe de l'est Amérique latine et Caraïbes Le microfinancement du logement – Optimiser la croissance économique Logement et VIH/sida Droit au logement et gouvernance La sécurité alimentaire urbaine, l'agriculture urbaine et les espaces pour le logement
Quoi de neuf? Le bulletin Archives
Offres d'emploi Conseillers techniques Bénévoles Programme de stages
L'égalité entre les sexes
Nouvelles et ressources

Venir en aide aux grand-mères d’Afrique


Nouvelles et ressources
Nike Adebowale, stagiaire d’Abri international
En Afrique du Sud, en particulier dans les townships, les ménages dirigés par une grand-mère sont de plus en plus la norme que l’exception. Compte tenu du taux élevé de VIH et de sida, les grand-mères puisent dans leurs vastes réserves d’émotivité et de résilience pour s’occuper toutes seules de millions d’enfants orphelins. Le VIH et le sida ne sont pas la seule raison qui explique le fardeau accru des grand-mères. Un taux de chômage élevé, approchant 40 p. cent dans certains townships, les a incitées davantage à prendre en charge leurs petits-enfants.
Le Kuyasa Fund est un organisme de microfinancement de l’habitation basé à Cape Town. Abri international collabore avec le Kuyasa Fund en lui offrant une aide technique et nos stagiaires aident l’organisme à mettre en place et à élargir son programme de microfinancement. Le Kuyasa Fund est un des quelques microprêteurs pour l’habitation en Afrique du Sud qui rejoint constamment les ménages pauvres, qui n’ont pas accès au marché officiel du financement de l’habitation. Cherchant à bâtir de meilleures maisons pour leur famille, plus de 70 p. cent des clients de la Kuyasa sont des femmes et près de 50 p. cent sont âgées de plus de 50 ans. Ce groupe démographique figure parmi ceux qui affichent le meilleur taux de remboursement de prêts au Kuyasa Fund.
Mme Tenjiswa Mambumbu, une des clientes du Kuyasa Fund, est retraitée et elle élève ses petits-enfants à la maison. Lorsque Tenjiswa s’est installée initialement à  Cape Town dans les années 1960, elle vivait dans une cabane, une maison frêle où l’eau coulait par le toit entre les feuilles de tôle. Dans les années 1990, Tenjiswa était déterminée à améliorer ses conditions de vie et celles de ses enfantsé Elle s’est donc jointe à un groupe d’épargne composé de femmes. Les femmes de son groupe épargnaient de l’argent tous les mois et elles ont tour à tour rénové leurs maisons. Tenjiswa était la dernière en ligne et, lorsque son tour est venu, les autres femmes n’avaient plus d’argent. 
Déterminée à avoir une meilleure maison, Tenjiswa a amené le groupe de femmes au Kuyasa Fund et elle a obtenu un prêt pour sa maison. Parce qu’elle a remboursé son prêt promptement, Tenjiswa a pu être admissible à plusieurs autres prêts de la part de du Fonds. Elle vit maintenant dans une magnifique maison rénovée, une amélioration considérable par rapport à celle dans laquelle elle vivait.  
«Je suis tellement heureuse de ce que le Kuyasa Fund m’a permis de faire», a affirmé Tenjiswa, en me racontant son histoire inspirante dans le salon, son jeune petit-fils blotti sur ses jambes.